Ce que disent nos chers clients en décembre

Ce que disent nos chers clients en décembre réchauffe nos cœurs et nous remplit de gratitude. Leurs retours sont un véritable cadeau en cette saison festive. Recevoir des avis tels que ceux-ci est tellement plaisant et nourrissant pour l’âme, comme se baigner au soleil pendant l’hiver froid. Merci à tous. Nous vous aimons.
Les bâtonnets d’encens sont arrivés le 11 décembre. Expédition vraiment rapide. Un grand merci pour les échantillons d’encens et les petites attentions supplémentaires. L’odeur des bâtonnets achetés est tout simplement indescriptible. Même un jour plus tard (après avoir aéré une pièce de 25 m²), ce parfum est discrètement présent. Je peux le recommander à tout le monde. Merci beaucoup pour votre travail. Ce ne sera pas la dernière fois que je trouverai quelque chose pour mon âme chez vous. Merci beaucoup. Je vous souhaite des jours paisibles (PS: vers l’Allemagne, pas de droits de douane).
Franco, Allemagne
Excellente qualité et excellent service! L’encens est de haute qualité et durable. L’emballage est magnifique et le vendeur a inclus une note de remerciement ainsi que quelques échantillons gratuits. Un prix super pour un excellent produit!
Tea, Croatie
La même chose s’applique à Oudh Masala : celui que nous avons reçu de vous en septembre avait une note dominante de menthe et correspond vraiment à la description sur votre site web – un peu trop de menthe à notre goût en réalité – mais nous l’avons commandé à nouveau car il nous rappelle l’Oudh Masala original de Paul Eagle d’il y a 10 ans, bien que celui-ci avait plus de notes de grange et une note d’ambre gris ; il ne nous reste que quelques bâtonnets de ceux-là.
Gezina, Pays-Bas
Je suis amoureuse de la chaleur de Woody Champa. Il crée une atmosphère si confortable et accueillante. Le parfum est équilibré ; sucré et épicé avec juste la bonne quantité de floralité de champaca. Je ne veux jamais manquer ce parfum dans ma collection!
Irene, Allemagne

Ce que disent les experts à notre sujet

L`Olfactory Rescue Service, ou l’ORS comme beaucoup le connaissent, est le site d’évaluation d’encens le plus ancien et le plus respecté, couvrant des encens de qualité du monde entier. Extrait de la revue de notre encens Oudh Majestic:

« Il s’est écoulé beaucoup de temps depuis qu’il y a eu un véritable concurrent pour l’Oud Masala de la famille Happy Hari, ce mélange presque parfait de base masala et au moins une approximation d’un bon oud pour le compléter. Il existe également plusieurs ouds à base de charbon que l’on pourrait ne pas être en mesure de distinguer un arôme spécifique dans une sélection. Pure Incense a fourni une gamme étendue et presque étourdissante d’encens oud et bois d’aloès de Madhavadas, et souvent, le problème est moins lié aux huiles de tête qu’à la base. Je ne suis pas sûr d’où vient Oudh Majestic, mais c’est vraiment un bon oud de charbon et il a un mélange d’huiles en haut qui semble construit pour afficher quelque chose de légèrement meilleur que les colognes habituellement imprégnés d’oud. »

« Le Balsamic Amber a immédiatement impressionné, c’est un membre instantané du panthéon. C’est intéressant, mais quand on parle de bons encens, on peut passer tellement de temps dans des endroits (généralement les bois) où les ressources sont précieuses et les récompenses réservées aux produits coûteux. Le Balsamic Amber me rappelle que l’on peut encore créer quelque chose d’excellent sans avoir à aller là-bas. »

Rauchfahne est un blog émergent de nouvelle génération sur tous les types d’encens, écrit par Irene, une passionnée allemande d’encens qui non seulement possède une connaissance approfondie du sujet, mais fabrique également son propre encens à partir d’ingrédients naturels.

« Pratiquement de nulle part, une toute nouvelle marque fait son apparition en 2023 – Bhagwan Incense – avec une gamme considérable de bâtonnets d’encens de haute qualité et à des prix comparativement bas. Elle utilise le nom renommé de Happy Hari pour promouvoir sa qualité et semble également répéter l’histoire de la personne derrière Happy Hari – Paul Eagle : un homme qui voyage en Inde pour trouver les meilleurs fabricants de bâtonnets d’encens et les vendre à l’Occident sous sa propre marque.

Oudh Masala: À la recherche de l’original

Alors que le temps automnal s’installe et que de plus en plus de pluies sont attendues, c’est un moment propice pour allumer de l’encens, préparer une tasse de thé ou de café, et réfléchir au voyage que nous avons entrepris. C’est un moment de réflexion et de contemplation, et il est très agréable, un brin nostalgique, de regarder en arrière et de voir les événements de votre vie avec du recul.

Nous avons été occupés à emballer et à expédier des commandes en septembre, et encore plus en octobre, et je suis ravi de partager avec vous quelques retours et communications de nos clients.

Tout d’abord, je tiens à remercier tous nos chers clients pour leurs retours, leurs suggestions, et pour nous donner l’occasion de nous améliorer. N’hésitez pas à en partager davantage, nous sommes là pour vous.

Nous avons reçu de nombreux retours de clients concernant l’Oudh Masala que nous vendons. Il s’agit de l’un des bâtonnets les plus populaires, et de nombreuses personnes en commandent.

Nous avons deux variantes de l’Oudh Masala en stock : un bâtonnet traditionnel éprouvé, qui était vendu par le regretté Happi Harri, Absolute Bliss Incense, et qui est mieux connu comme l’Oudh Masala « original ». Nous avons également une variante plus récente du même bâtonnet, fabriquée par le même fournisseur, avec des notes de pin et de menthe ajoutées, ce qui rend le bâtonnet plus rond, plus riche, et plus corsé que l’ancien Oudh Masala Incense.

Dans la mesure du possible, nous avons offert à nos clients le choix entre les deux, et de nombreuses personnes préfèrent la variante plus récente de l’Oudh Masala avec des notes de pin et de menthe.

Comme l’a dit un client des Pays-Bas : « Cela s’applique également à l’Oudh Masala : celui que nous avons reçu de vous en septembre avait une note dominante de menthe et correspond vraiment à la description sur votre site web – en réalité, un peu trop de menthe à notre goût – mais nous l’avons commandé à nouveau parce qu’il nous rappelait l’Oudh Masala original de Paul Eagle il y a 10 ans, bien que celui-ci avait des notes plus marquées de grange et une note d’ambre gris ; nous n’en avons plus que quelques bâtonnets. »

Donc, lors de la passation de votre commande qui inclut de l’Oudh Masala, veuillez indiquer quelle version vous souhaitez recevoir. Nous avons une quantité très limitée d’Oudh Masala ancien en stock et nous ne le vendrons pas à l’avenir, mais nous proposerons une nouvelle variante d’Oudh Masala avec des notes de pin et de menthe. Nous aimons les deux variantes, mais notre cœur penche en faveur de la version plus récente, sans la légère note de cologne attribuée à l’ancienne version de l’Oudh Masala. J’espère qu’elle conviendra bien à nous tous.

Sinon, nous nous préparons pour notre voyage en Inde en janvier et nous avons de grands espoirs pour cette visite, qui pourrait être source de sensations. Nous avons trouvé un autre petit fabricant d’encens en Inde, qui produit un encens exceptionnel, et nous avons hâte de vous proposer leur encens au printemps 2024. Il s’agit d’une petite entreprise familiale et l’encens n’est pas produit en grandes quantités, ce qui signifie plus de défis pour nous en termes de fourniture en cas de demande croissante. Croisons les doigts, que tout se passe bien.

La musique incroyable d’Estas Tonne et le mystère de l’encens.

Dans l’année fortuite de 2018, mon monde fut à jamais changé lorsque je suis tombé sur la musique enchanteresse d’Estas Tonne dans les profondeurs de YouTube. Ce qui semblait initialement ordinaire s’est rapidement révélé être une toile d’émotions extraordinaires tissée par un maestro solitaire, armé de rien d’autre que sa guitare. Sa musique portait l’empreinte de la passion, d’une force intérieure et d’une nostalgie qui, plutôt que de sombrer dans la mélancolie, dansait avec des souvenirs poignants. C’était comme s’il cherchait quelque chose de profond à travers sa musique, une quête ardente de réponses, avec des émotions ne découlant pas de lui, mais passant à travers lui. Sur scène, il entrait en transe, suscitant une agitation délicieuse dans le cœur de ceux qui écoutaient, inspirant une étreinte passionnée et consciente de chaque instant, une vie imprégnée de gratitude pour le divin Ici et Maintenant.

Mes journées tournaient bientôt autour de ses vidéos, en boucle perpétuelle. Peu à peu, une révélation est apparue – il y avait plus dans sa musique qu’il n’y paraissait. Luttant pour l’exprimer, je me suis retrouvé à le décrire comme « un fleuve de vie », une force invisible qui jaillissait à chaque coup de plectre. Depuis la scène, cela rayonnait, un épicentre puissant, traversant l’espace et enveloppant ceux qui étaient à proximité dans une méditation profonde, comme si tous étaient transportés collectivement dans un autre monde.

Mes pensées erraient vers le monde du qawwali et du légendaire Nusrat Fateh Ali Khan. Lui aussi embrasait la scène de son amour pour le divin, suscitant des vagues de son et d’ishq (amour), ponctuées par la grâce de son mouvement de tête et de ses mains. La scène bourdonnait d’activité, mais le public avait des expressions tranquilles, perdus dans la muraqabah (méditation soufie), les yeux grands ouverts, rayonnant comme en prière. C’était le même phénomène, cette force invisible transcendant du performeur à l’auditoire. La performance du qawwal était-elle techniquement impeccable ? Peut-être pas, mais cela n’avait pas d’importance ; le résultat surpassait le processus, et le résultat était rien de moins que sublime.

Puis, un détail captivant a attiré mon attention : un bâton d’encens ornant le manche de la guitare d’Estas. Il brûlait avec grâce, ses volutes de fumée reflétant la grâce dans ses mouvements. Dans chaque performance, cet encens jouait un rôle, indissociable de la musique, chacun renforçant l’autre.

Une curiosité insatiable s’est éveillée en moi – quel était l’encens qui accompagnait les performances d’Estas ? Pour une raison inexplicable, mes pensées se sont tournées vers la myrrhe et l’ambre, des parfums qui occupaient une place spéciale dans mon cœur, souvent les rallumant pendant mes entreprises créatives. L’ambre renforçait la concentration, tandis que la myrrhe exhalait des profondeurs mystiques avec sa résonance éthérée. Cependant, il semblait que ma supposition était loin de la réalité.

Estas avait choisi un encens qui complétait parfaitement son art, créant une ambiance où son esprit créatif pouvait s’épanouir sans entraves. Son choix ? Le bois de santal et la rose. Quelle magnifique sélection, accentuant l’élégance de sa musique et l’essence artistique de son être. Alors que l’ambre et la myrrhe étaient terrestres et enracinants, Estas avait opté pour des parfums qui offraient une structure (le bois de santal) sans le poids de la résine, et la légèreté éthérée de la rose, une compagne éthérée pour ses envols intérieurs.

Il est devenu évident que son choix d’encens était simplement le reflet de son caractère – un mélange de force, de douceur et de gentillesse, parfaitement entrelacés. « Il n’y a pas de conflit si vous embrassez la vie telle qu’elle est et ne luttez pas contre elle », professait souvent Estas. Ces paroles, des vérités d’or, évoquaient des souvenirs de mystiques soufis qui naviguaient dans le monde animé tout en gardant leur cœur tourné vers la prière : « Dil ba eru dast ba kor » – « Le cœur avec Dieu, les mains dans le travail. »

Je formule le vœu ardent que, un jour, vous aurez l’opportunité d’assister à la captivante performance d’Estas dans votre propre ville. Si une telle opportunité se présente, plongez-vous dans cette manifestation unique de l’essence de la vie sur scène. Elle vous transformera, purifiera votre cœur et vous laissera avec une légèreté nouvelle qui persistera pendant de nombreux jours, témoignage du pouvoir durable de l’amour et de l’art.

Rencontre au safran et le Sage mystérieux: Mon voyage au Cachemire

Alors que septembre touche à sa fin, je me surprends souvent à me remémorer mon voyage au Cachemire de l’année dernière. C’est un schéma récurrent pour moi ; lorsque certaines périodes de l’année arrivent, les souvenirs de ce qui s’est passé l’année précédente inondent mon esprit. Cela peut se produire non seulement pour l’année précédente, mais aussi pour des moments passés depuis des années. Parfois, cela est déclenché par une condition météorologique spécifique, une fragrance familière dans l’air, ou même des moments apparemment aléatoires. Ces souvenirs me hantent souvent, ressurgissant pendant mes séances de méditation ou pendant que je me promène tranquillement dans le parc, contemplant la douce lueur de la lune à travers les nuages dispersés dans le ciel nocturne.

Mon désir de visiter le Cachemire était depuis longtemps un projet en cours. Tout a commencé lorsque j’ai fait un rêve vivide d’un magnifique sanctuaire dédié à Hazrat Makhdoom Sahib (RA), l’un des plus grands saints de la vallée. Dans mon rêve, je me tenais à l’intérieur de son sanctuaire, entouré de personnes engagées dans un soufi dhikr, leurs voix chantant harmonieusement une belle prière. Parmi eux, j’ai remarqué un homme avec une courte barbe blanche, une vue courante parmi les hommes cachemiriens. Il arborait une expression inhabituelle, semblant prétendre être fou. Pourtant, je ne pouvais pas le rejeter, car un sentiment irrésistible de béatitude et de bénédictions émanait de lui avec une force irrésistible. J’étais poussé à l’embrasser, même s’il était le plus fou des hommes. Je savais qu’il n’était pas fou ; c’était comme si le Divin parlait à travers lui, presque contre sa volonté. Alors que je le contemplais dans mon rêve, ensorcelé par le dhikr mélodieux, une femme sombre est soudainement apparue devant moi. Elle parlait fort et avec urgence, essayant de me transmettre quelque chose. Qui était-elle ? Je ne pouvais pas le discerner, mais sa persistance avait réussi à me réveiller de mon rêve, de retour dans le domaine de la réalité, dans ma vie banale. Je me suis réveillé en méditant sur cette rencontre mystérieuse.

Vous vous demandez peut-être si j’ai rencontré cet homme en réalité lors de ma visite à Srinagar l’année dernière. À ma déception, je ne l’ai pas croisé, malgré de longues heures passées chaque jour au sanctuaire, espérant sa présence. Était-il réel, ou était-il le produit de mon imagination ? Impossible à dire, car de nombreux saints préfèrent rester cachés du public.

Ce rêve a servi de « carte d’invitation » pour moi au Cachemire, et je n’ai jamais regretté d’entreprendre le voyage dans cette belle vallée avec ses habitants uniques, sa cuisine et ses fragrances particulières. Pendant mon séjour là-bas, en me mêlant aux habitants, en explorant les montagnes et en visitant les temples et les sanctuaires anciens dans des endroits reculés, un aspect est resté constant : un silence profond et envoûtant qui imprégnait chaque coin où je m’aventurais. Le silence enveloppait tout, à la fois à l’extérieur et à l’intérieur, chez les gens et les animaux, dans les montagnes et les eaux tranquilles du lac Dal. Les habitants du Cachemire portaient ce silence serein avec eux, et c’était ce sentiment de paix qui résonnait profondément en moi. Il n’y avait aucune trace de violence dans les rues ni de signes d’agression chez les personnes que je rencontrais. Tout le monde m’a accueilli chaleureusement, et leur gentillesse et leur hospitalité m’ont fait comprendre pourquoi le Cachemire est souvent appelé « le Paradis sur Terre ».

Et puis, il y a eu ma rencontre avec la majesté du Safran. C’était la première fois que je voyais comment le safran était cultivé et que je découvrais la fragrance de ses fleurs. La fleur de safran, avec sa force et sa beauté intrinsèques tirées des montagnes, m’a laissé une impression indélébile. Elle dégageait une puissance unique, semblable à celle d’un médicament. Mais j’aborderai ce sujet dans mon prochain billet…

Image: L’auteur (Eugene) aux côtés du célèbre écrivain cachemiri Mohammad Ashraf Fazili

Exploration des Qualités Mystiques et Métaphysiques de l’Encens

Lorsque nous rencontrons des bâtonnets d’encens étiquetés avec des noms tels que « Or » ou « Argent », il est tentant de sourire à l’idée de leurs propriétés magiques. Cependant, la véritable essence de l’encens va au-delà de ces titres fantasques. Dans cette discussion, je vise à plonger dans la manière dont l’encens a le pouvoir d’attirer et de transformer les individus, mettant en lumière la diversité des personnes qui trouvent réconfort dans son étreinte parfumée.

Une idée fausse commune que j’ai eue, et peut-être vous aussi, est que l’encens est principalement réservé aux méditants et aux pratiquants de yoga, ces âmes dévouées qui cherchent à enrichir leurs espaces sacrés. Des rencontres récentes, notamment à travers la lecture d’un blog d’encens estimé, ont ouvert mes yeux sur la multitude d’amateurs d’encens aux horizons et aux intérêts variés. Il est devenu évident que, bien que l’encens puisse être profondément spirituel, il ne peut pas instantanément altérer le caractère d’une personne. S’attendre à un tel miracle de l’encens serait irréaliste. Une transformation authentique nécessite un engagement plus profond envers la pratique spirituelle.

Maintenant, tournons-nous vers le côté plus lumineux de la vie. J’ai eu le privilège de connaître des artisans de l’encens qui incarnent la spiritualité dans tous les aspects de leur vie. Engager une conversation avec eux revient à vivre une expérience spirituelle édifiante. Pour ces individus, l’encens n’est pas simplement une entreprise ; c’est une forme d’expression créative qui leur permet de fusionner avec le processus de fabrication de ces bâtonnets aromatiques. On dirait qu’ils ont trouvé un conduit vers le divin, un canal à travers lequel l’inspiration et la guidance s’écoulent.

Je suis très fier de pouvoir offrir de l’encens créé par ces maîtres de la fragrance. Ils peuvent vieillir, mais leur passion reste intacte. Je prie pour qu’ils continuent à jouir d’une bonne santé et d’une longévité afin que nous puissions savourer leurs créations aromatiques pendant de nombreuses années à venir. Curieusement, ils ne vendent pas leur encens à n’importe qui. Les acheteurs potentiels doivent subir une longue entrevue autour d’une tasse de chai, faisant preuve d’une volonté de se soumettre à leur autorité. Ils se comportent comme des guides spirituels, et pour acheter chez eux, il faut respecter leurs règles. On ne peut pas passer commande depuis Londres ou Paris et la faire expédier par DHL. Ils insistent sur des interactions en face à face et sur le fait de passer du temps de qualité ensemble. C’est pourquoi nous consacrons plusieurs mois chaque année à voyager en Inde, où nous engageons un échange fructueux de connaissances avec ces maîtres.

Alors que je suis assis dans leurs boutiques, je m’émerveille de leur processus créatif et des discussions ferventes autour de nouvelles fragrances. Ils impliquent toute leur famille dans le processus de décision, sollicitant parfois mon avis. Je fais souvent remarquer que l’encens a une odeur distincte en Occident en raison des différences d’humidité et de conditions météorologiques générales. En Inde, l’encens doit rivaliser avec une multitude d’épices et d’arômes. Après des tests approfondis, ils introduisent de nouveaux encens au temple local, surveillant de près l’atmosphère du temple pour détecter d’éventuels changements. C’est une véritable expérience pour eux, avec des implications profondes, comme ils le croient. Par conséquent, ils ne présentent que leurs meilleures offrandes au temple, ne lésinant sur aucune dépense. Une fois qu’une nouvelle fragrance a passé le test spirituel le plus rigoureux, ils lancent la production en masse.

Image: L’épouse de l’auteur, Olga, au temple d’Arunachalesvara à Tiruvannamalai, Tamil Nadu

Dhuni Encens

Site web archivé de Dhuni Incense

Il y avait un encens, et il y avait L’Encens, le seul et le meilleur – Dhuni…

« L’encens Dhuni a été un intense travail d’amour du début à la fin. En tant que voyageurs de longue date en Inde, nous avons passé des années à parcourir l’arrière-pays à la recherche d’encens de toutes sortes, toujours tout près de la découverte, mais sans jamais vraiment trouver quelque chose que nous considérions comme authentique. Un encens qui pourrait capturer l’essence même d’une longue tradition, aujourd’hui presque éteinte en Inde. Enfin, un jour improbable, le moment Eureka est arrivé. Assis dans une rue sans nom en sirotant du chai, nous avons senti la première bouffée d’un encens qui semblait trop beau pour être vrai : boisé, totalement pur et naturel, un mélange magique presque mystique d’huiles, de résines broyées, de plantes aromatiques parfumées et plus encore. Instantanément, nous nous sommes mis en quête de l’origine, et le reste… c’est de l’histoire ».

C’est ainsi que l’encens Dhuni est né. Il a connu un grand succès en Occident et a reçu de nombreuses critiques positives sur Olfactory Rescue Service, le principal blog sur l’encens. Les fondateurs de la marque, un jeune couple britannique, un peu comme nous, ont passé beaucoup de temps à voyager en Inde et à essayer des milliers de bâtonnets de différents fabricants. Jusqu’à ce qu’ils trouvent quelque chose de brut, de gigantesque, de frais, de différent : certains bâtonnets Dhuni étaient massifs et épais, avec trois bâtonnets dans un paquet de 15 grammes. L’encens était riche en huiles essentielles et en résines parfumées, comme si la personne qui le fabriquait voulait prouver sa dévotion à Dieu à travers chaque bâtonnet. Le fabricant de l’encens ne faisait pas de distinction entre la fabrication de l’encens et sa pratique spirituelle ; il était absorbé par la création de l’encens, qui était sa prière et sa méditation.

C’est ce que disaient les fondateurs de Dhuni sur leur site web en 2013:

« Des bâtonnets d’encens naturels luxueux roulés à la main en provenance d’Inde…

Mélangés par un légendaire maître indien de la fabrication de l’encens

Entièrement faits à la main à chaque étape du processus

Aucun produit chimique ni colle d’aucune sorte

Des mélanges somptueux qui transmettent l’essence des agarbattis traditionnels indiens

Peut-être le dernier véritable encens artisanal encore produit

Un excellent service client et des options d’expédition

Tout simplement l’expérience olfactive la plus extraordinaire de votre vie

Pourquoi s’appelle-t-on Dhuni?

Le nom Dhuni signifie ‘foyer sacré’ : le foyer autour duquel les hommes saints de l’Inde s’assoient et offrent des matériaux végétaux à la mère terre. Nous croyons sincèrement que Dhuni Natural Incense est le seul endroit dans le monde occidental où il est possible d’acheter un encens de cette qualité et, croyez-nous, il est presque impossible d’en trouver en Inde maintenant.

L’Essence de la Bhakti

Ces longs bâtonnets d’encens qui brûlent lentement sont une tradition vivante, le résultat d’une incroyable connaissance des plantes, d’un savoir-faire dans le mélange et d’une habileté artisanale. Transmettant l’essence de la bhakti – la dévotion – ces bâtonnets expriment un respect pour la mère terre et toutes ses créations, et allumer une allumette pour l’un d’entre eux revient à recréer en miniature le foyer du sadhu, dans lequel des objets sont jetés en consécration, et à purifier le monde animé.

Protéger une Tradition

Nous vous les offrons avec amour, et avec l’espoir que cette tradition en danger trouve des moyens de continuer en Inde. Dépassé par la production de masse et l’arrivée massive d’imitations de faible qualité écologiquement nuisibles, le marché indien de l’agarbatti est en danger. L’encens traditionnel fabriqué correctement est aujourd’hui une véritable rareté, et c’est notre rêve que Dhuni contribue modestement à aider sa survie. À l’avenir, nous espérons faire davantage pour la protection et la durabilité de cette industrie, mais pour l’instant, l’achat de ces bâtonnets vous aidera simplement. »

Dhuni a été fondée en 2010 et a mis fin à sa magnifique existence en 2013. C’était comme une étoile filante, si brillante et énorme. Nous ne connaissons pas les raisons pour lesquelles l’entreprise a cessé ses activités, mais nous sommes reconnaissants aux fondateurs de Dhuni pour leur service à l’humanité et le rare cadeau qu’ils ont apporté à l’Occident.

Qu’est-ce qui nous distingue?

Celui qui connaît, ne parle pas. Celui qui parle, ne sait pas. 

Lao Tzu

Beaucoup de choses ont été dites à propos de la qualité de l’encens. Certains producteurs affirment que leurs bâtons  sont luxueux ou pour les connaisseurs, mais nous pouvons appeler les nôtres avec fierté –  Suprêmes. Pourquoi? Parce que nous avons une entière confiance  dans le processus de fabrication et savons que notre encens est fabriqué aux plus hauts standards écologiques, éthiques avec les meilleurs ingrédients disponibles.

Notre production dépend lourdement de la résine halmaddi, un ingrédient exceptionnellement rare et cher. Nous obtenons la meilleure halmaddi des producteurs indépendants a Karnataka et Tamil Nadu qui adhèrent aux régulations strictes imposées par le Gouvernement Indien. 
Au lieu d’utiliser “la poudre agarbatti” moins coûteuse de Vietnam, qui est communément utilisée dans la fabrication commerciale de l’encens, on utilise la vraie poudre de santal et la véritable huile de santal. Ces deux ingrédients sont précieux et coûteux.
Pour la matière de base, nous incorporons très souvent la poudre de la coquille de noix de coco, qui donne une fragrance légère et crémeuse aux bâtonnets de l’encens. En plus, l’encens avec la base en noix de coco émet le minimum de fumée, permettant aux huiles essentielles de se manifester pleinement.

Pour préserver la durée de l’arôme de nos bâtonnets, nous utilisons uniquement de vraies huiles essentielles obtenues à partir de la distillation. nous évitons les huiles synthétiques ou décomposées, comme elles ne répondent pas à nos standards élevés.

 Vous avez peut-être entendu parler de la célèbre marque Happy Hari et du légendaire Paul Eagle, qui a largement exploré l’Inde afin de trouver la meilleure qualité de l’encens. Comme eux, nous avons suivi leur parcour et avons établi les relations avec les mêmes fournisseurs estimés. Nous sommes fiers

Et enfin, le prix. Nous faisons de notre mieux pour être aussi économes que possible afin de pouvoir faire profiter nos clients de nos économies. Nous aimons penser que nous ne sommes pas cupides. Peut-être que nous ne sommes pas très modestes!

Nous avons réussi à accumuler une grande partie de notre richesse dans d’autres secteurs de l’économie, donc il n’y a pas de pression sur nous pour livrer. Nous prenons plaisir à discuter avec nos clients et à découvrir de nouvelles fragrances en chemin. Nous apprécions de faire partie du TAO, de ce processus de vie, de création et de relaxation. Merci de faire partie de tout cela avec nous.

Musique de l’Encens

Tout comme la musique, l’encens a le pouvoir de susciter la joie et le bonheur, de concentrer l’esprit, ainsi que d’aider à la créativité, à la détente et à la sérénité.

L’encens peut changer l’aura d’une pièce en quelques minutes, et il peut changer notre état d’esprit de la même manière que la musique le fait. N’est-ce pas merveilleux ? Il y a un encens pour chaque chose et pour chaque saison de l’année. Quand il fait froid, nous avons tendance à préparer une tasse de thé chaud et à brûler de l’encens de myrrhe ou de l’oliban.

Quand le printemps arrive, nous pouvons utiliser du “oudh arabe” (bois d’agar) et du patchouli qui danseront dans le vent. En été, la citronnelle et la rose sont idéales pour rafraîchir une pièce, tandis qu’un peu d’ambre en automne peut donner une ambiance réfléchie à l’espace.

L’encens fait partie de notre vie – c’est notre compagnon invisible. En même temps, l’encens est le point culminant de la création de la nature, et la capacité de l’homme à créer des parfums qui influencent le monde en nous et communiquent avec le monde au-delà de nous – quelque chose que nos ancêtres font depuis des milliers d’années.

Si seulement ils avaient su qu’un jour, quelqu’un assis dans un bureau en ville utiliserait de l’encens d’ambre, et qu’une jeune femme qui va à un cours de yoga rentrerait chez elle et brûlerait un bâtonnet de Nag Champa, juste pour avoir le sourire…